Nuit des idées : Héraklion

nuitdesidees_thumbnail30.01.2020, 18h30 | « Être Vivant » : Le mal-être, les états d’âme | Musée d’histoire naturelle de Crète, Université de Crète

Traumatisme, déception amoureuse, dépression, malheur, déclin, douleur, isolement, surcharge mentale, crise de l’adolescence, crise existentielle, mort. 

Commissaire : Eirini Linardaki

La quarantaine semble représenter pour les artistes une adolescence à l’envers. A l’adolescence, on regarde l’abstraction de la vie, sans savoir quoi faire et à la quarantaine on regarde l’abstraction de la vie qui nous reste, sans vraiment savoir quoi faire. Une des différences semble être le fait qu’à la quarantaine nous savons que la vie peut finir – une notion qui nous est étrangère à l’adolescence

Qu’est-ce que la notion de notre mortalité, comment notre existence et notre créativité sont-elles inspirées ou même nourries de notre mal-être, de notre conscience du malheur collectif ?

Les artistes, comme bien d’autres métiers se retrouvent souvent face à un vide : un creux créatif, une pause pour beaucoup de femmes qui cherchent à développer une carrière en contradiction avec l’idée d’avoir des enfants. Avoir des enfants et être un artiste est une contradiction, un tabou dans le monde de l’art et beaucoup d’autres champs de recherche conceptuelle. Les artistes sont souvent imaginés comme des têtes qui errent dans l’espace, sans corps ou fonctions corporelles, sans famille et sans obligations.

Il y a quelques années, Tracy Emin, une artiste britannique a dit: « il y a des artistes avec des carrières accomplies et des familles, cela s’appelle des hommes… »

Aujourd’hui, nous lançons une discussion sur l’existence telle qu’elle est perçue au moment de la crise, en face de l’abstraction qui nous suspend au-dessus du vide.

--

#lanuitdesidees

L’Institut français de Grèce organise la 7ème édition de la Nuit des idées. Le rendez-vous annuel qui accueille des intellectuels, artistes, chercheurs, journalistes et le grand public aimant la discussion.

Pour la première fois en Grèce, l’événement est coordonné avec les autres Instituts français à travers le monde et leurs partenaires et s’étend à quatre villes : AthènesThessaloniqueMytilèneHéraklion

Donateur: Fondation Stavros Niarchos
Avec le soutien de l’Institut français (Paris)

--

Programme Héraklion

18h30 : Ouverture au public

19h : Entrée musicale
Melisande Sinsoulier, pianiste
Ioannis Petrakis, violoniste


20h : Salutation du directeur du Musée d’histoire naturelle
Présentation générale de la nuit, des invités et des trois thématiques de la nuit, qui représentent ce qui nous tient éveillés la nuit :

Les disparitions, la solitude et les consciences
Eirini Linardaki

Partie I : Disparitions (la vie, la mort et la non-existence)

Comment le vivant construit une relation avec la crise, comment les enfants conçoivent la non-naissance ? Pourquoi reste-t-on éveillé la nuit ?

Philippe Charlier, anthropologue, archéologue, directeur de recherche au Musée du Quai Branly
Conférence retransmise
En utilisant l’archéologie, l’anthropologie et la biologie/médecine, il est possible de rendre vivants les restes humains anciens issus de l’Histoire. Je prendrai des exemples paléontologiques (Lucy), préhistoriques (Cro Magnon), mais aussi archéologiques grecs (ayant déjà fouillé en Crète pendant plusieurs années avec l’École française d’Athènes), mais aussi récents comme les reliques de Jeanne d’Arc, le cœur de Richard Cœur de Lion, la tête de Henri IV ou encore la mâchoire de Adolf Hitler. Je parlerai également de l’usage de nez de parfumeur pour capter ces odeurs extrêmement fugaces et labiles qui émanent de certaines sépultures, et qu’il est possible de reconstituer pour les générations actuelles.

Maria Kasmirli, docteur en philosophie
Marina Fragiadaki, psychanalyste
Eleftherios Zouros, biologiste
Nikolas Sbyrakis, chirurgien urgentiste
Interventions suivies d’une discussion

Partie II : La solitude au sein de la création
22h : Pause-café, visites des expositions, performances dans les espaces
Performances /chorégraphie : Olia Lydaki, Panos Ioannidis
Isidoros Papadakis, musique contemporaine

Visites des expositions
La solitude au sein du musée : Mary Chairetaki & Panos Charalampidis, Louise Devin, Vincent Parisot, Alexander Georgiou, Kiriaki Arkouli, Stelios Papardelas, Thanasis Lomef Zacharopoulos, Adonis Volanakis, Chrysanthi Koumianaki, Stefania Strouza

22h00 : Ateliers discussions parallèles aux dioramas du musée et ailleurs
Coordination : Anna Psoma, sociologue

1.Louise Devin, Celine Murphy, Eleni Froudaraki (artistes) sur la surcharge mentale, la déception, la vie de la femme artiste
2. Georgia Sermamoglou, atelier Platon
3. Stella Malliaraki, atelier de muséologie

Partie III : Les consciences
23h30

Ioannis Zaganas, neurologue
Keith Frankish, philosophe de la conscience
Emmanouil Froudarakis, neurobiologiste
Giannis Kougioumoutzakis, psychologue
Table ronde animée par Maria Kasmirli

1h
Georgios Mastrakoulis, cinéaste et vigneron, projection cinéma et mal-être, accompagné de dégustation de vins par état d’âme

 

bandeau_presse